Armée des alpes Juin 1940
bg
Sites > Pays du Voironnais (Isère) > Voreppe, dernier rempart!
Retour
Code lieu: 027

Les forces en présence à Voreppe

Le général Erich Hoepner commandant le XVIe Panzerkorps, dispose du groupement B (100 000 hommes) pour attaquer Grenoble. Le général Cartier dispose d’un peu moins de 13 000 hommes répartis entre le Vercors et Chambéry.

Par Jean Paul Noir, Florent Mezin et le Cne Léopold Courtois du musée des troupes de montagne.

Code lieu: 27
Accès En voiture 30' de Grenoble
Parking Place Thevenet

Le rapport de forces semble défavorable aux Français...

Le général Erich Hoepner, commandant le XVIe Panzerkorps, met en place un plan d’attaque de trois groupements d’environ 100 000 hommes : groupement A sur Annecy et Chambéry, groupement B sur Grenoble et groupement C sur Valence

Sources: Juin 1940, Voreppe Rempart de Grenoble, co-écrit par Jean-Claude BLANCHET et Gaston REGNIER.

Forces françaises

 

Le général Cartier dispose de troupes relativement peu nombreuses, un peu moins de 13 000 hommes répartis en sept groupements issus de corps très hétéroclites.

Le secteur capital de Voreppe/Saint-Egrève porte le numéro 6, sous les ordres du colonel Brillat-Savarin (voir biographie)

Par ailleurs les forces en présence sont hétéroclites :

  • une compagnie du 614e pionniers;
  • un détachement du 25e régiment de tirailleurs sénégalais ;
  • une compagnie du 20e régiment d’infanterie coloniale, dont les compagnies provenaient d’entités non coloniales ;
  • une section du dépôt d’infanterie issu du 6bataillon de chasseurs alpins ;
  • deux compagnies du 81e régiment d’infanterie ;
  • une section de canons de 75 mm de montagne provenant du COAMP (centre d’organisation d’artillerie de montagne et de position) ;
  • un détachement du 5e dépôt des équipages de la flotte, servant des canons de marine de 65 et de 47 mm ;
  • une section de la 10e compagnie de la défense anti-aérienne du territoire ;
  • une batterie de canons de 65 mm de montagne du 93e régiment d’artillerie de montagne ;
  • un détachement du 404e régiment d’artillerie de défense contre-avion avec une pièce de 25 mm ;
  • une section de canons de 75 mm de campagne issu du 58e régiment d’artillerie ;
  • une section de chars Renault modèle 1935 du 504e régiment de chars de combat (en réserve) ;
  • une section de canons de 47 mm antichars.

Forces allemandes

 

Côté allemand, Le général Erich Hoepner commandant le XVIe Panzerkorps (corps d’armée), met en place un plan d’attaque de trois groupements dont les effectifs globaux sont d’environ 100 000 hommes.

Pour prendre Grenoble, le général Stumpf, commandant la 3e Panzerdivision (division blindée), peut compter sur les 10 000 hommes du groupement tactique sous les ordres du colonel Kühn comprenant :

  • deux bataillons du 5e Panzerregiment (régiment de chars) avec 150 chars, en particulier des Panzer II et Panzer IV ;
  • le 2e bataillon de Panzergrenadieren du 3e Schützenregiment (bataillon d’infanterie motorisée) équipé de semi chenillés Sdkfz ;
  • le 7e bataillon de mitrailleuses ;
  • le 2e bataillon du 49e Panzerartillerieregiment (régiment d’artillerie blindée) ;
  • le 3e bataillon de Pionniers n°39 ? ;
  • le 2e bataillon du Flaklehrregiment (régiment antiaérien) ;
  •  la Panzerjäger Abteilung 605 (compagnie de chasseurs de chars).

Les lieux de mémoire à proximité

Voir tous les sites